Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

R. Schumann, Sonate F.A.E, H. Boschi, P. Rybar

R. Schumann, Sonate F.A.E, H. Boschi, P. Rybar
Ajouter

Description

Robert SCHUMANN, Sonate pour violon et piano F.A.E. (Frei Aber Einsam, libre mais solitaire) en la mineur (Sonate pour violon et piano de Robert SCHUMANN, Albert DIETRICH et Johannes BRAHMS), Peter RYBAR, violon, Hélène BOSCHI, piano, 25 et 26 septembre et 10 octobre 1955, Paris, Le Chant du Monde LDX-S-8143

Cette sonate est assez particulière, les deuxième et quatrième mouvements ayant été composés par Robert Schumann, le premier par Albert Dietrich et le troisième par Johannes Brahms!

Son histoire, telle que racontée par Steven Isserlis dans les notes qu'il a rédigé en 2009 pour Hyperion (lors de la transcription qu'il en a faite pour violoncelle et piano, voir
http://www.hyperion-records.co.uk/dw.asp?dc=W12243_67661&vw=dc):

"[...] À la fin de septembre 1853, Robert et Clara furent électrisés par la visite d’un jeune homme charismatique, un certain Johannes Brahms apparu chez eux avec une lettre de recommandation du grand violoniste Joseph Joachim. Ce dernier devait les rejoindre quelques semaines plus tard et son arrivée imminente suggéra à Schumann un sympathique projet: s’associer avec Brahms et un autre jeune disciple, Albert Dietrich, pour composer une sonate pour violon fondée sur les lettres de la devise de Joachim, «F–A–E» («frei aber einsam», «libre mais solitaire»). Joachim devait la jouer à son arrivée et, chose assez aisée, identifier le compositeur de chaque mouvement. Schumann fournit le mouvement lent (un Intermezzo) et le finale, Dietrich le premier mouvement et Brahms le Scherzo. [...]"

À noter que dans l'enregistrement de Peter Rybar et d'Hélène Boschi que je vous présente ici le 3e mouvement de Brahms n'est pas noté "Scherzo", mais "Allegro".

Je cite encore un extrait très intéressant du commentaire de Steven Isserlis:

"[...] La Sonate est une pièce extraordinaire - curieuse, c’est vrai, mais fascinante (et avec un petit goût de revenez-y!). Dès les grandioses premiers accords de l’introduction, on voit que le propos est d’importance, comme si Schumann avait su que ce serait une oeuvre d’adieu. Voilà une musique toute en contrastes extrêmes: la folle passion du premier mouvement est interrompue par le paisible second sujet, baigné de cette intimité si particulière, qui fait de Schumann un compositeur à part. Le second mouvement est fort original, voire expérimental: impossible de dire si le scherzo dure seulement huit mesures et est suivi de deux trios ou si la première section «en trio» est en réalité le scherzo principal, avec une mélodie chantante par-dessus le rythme dansant. L’Intermezzo, lui, est touchant, magique - n’y a-t-il pas là, assurément, un fort sentiment d’adieu? Le finale, enfin, est constamment marqué par l’excentricité avec, notamment, une fugue folle, qui occupe tout le développement, et une coda qui explose dans un étonnant flamboiement pyrotechnique virtuose. (Le pauvre Joachim a dû faire un petit arrêt cardiaque quand on lui a demandé de la déchiffrer à vue!) Voilà une conclusion idéale pour une oeuvre qui boucle la carrière du Schumann compositeur de formes à grande échelle.

Trois grandes raisons m’ont poussé à réaliser cette transcription: primo, l’écriture violonistique de Schumann, dans un registre assez grave, sonne plus aiguë, et donc plus brillante, quand on passe au violoncelle; secundo, le violoncelle mérite un dédommagement pour les Romances cruellement volées; tertio, les violonistes jouent si rarement cette oeuvre qu’ils n’ont qu’à s’en prendre à eux-mêmes si les violoncellistes la leur piquent! Oh, et puis quarto: je l’adore
.[...]" citations extraites des notes rédigées par Steven Isserlis en 2009 pour Hypérion, voir
http://www.hyperion-records.co.uk/dw.asp?dc=W12243_67661&vw=dc.

La partition peut être téléchargée sur la page suivante de l'IMSLP:
http://imslp.org/wiki/F-A-E_Sonata_%28Various%29.

Peter Rybar et Hélène Boschi enregistrent cette sonate à Paris les 25-26 septembre et 10 octobre 1955, une prise de son de Jean Godet. L'enregistrement parait pour la première fois sur la première face du disque Le Chant du Monde LDX-S-8143 (avec le cycle de Lieder du Wilhelm Meister de Goethe (Requiem pour Mignon), Opus 98a, de Robert Schumann sur l'autre face, voir
http://www.notrehistoire.ch/group/helene-boschi/audio/1179/
et les 8 fichiers suivants), et est réédité entre autres sur le double album Le Chant du Monde LDX 78746/7.

L'interprétation que vous écoutez...

Robert Schumann, Sonate fuer Violine und Klavier F.A.E. (Frei Aber Einsam) in d-moll (Sonate fuer Violine und Klavier von Robert Schumann, Albert Dietrich und Johannes Brahms)

Peter Rybar
, Hélène Boschi, 25 et 26 septembre et 10 octobre 1955, Paris, Le Chant du Monde LDX-S-8143

1. Allegro [von Albert Dietrich] 06:33, 2. Intermezzo. Bewegt, doch nicht zu schnell 02:14, 3. Allegro [von Johannes Brahms] 05:12, 4. Finale. Markiertes, ziemlich lebhaftes Tempo 07:28

Chant du Monde LDX-S-8143 -> WAV -> léger à moyen DeClick avec ClickRepair, des réparations manuelles -> MP3 320 kbps, le tout effectué par moi-même: l'enregistrement est donc de ce fait libre de droits d'autres personnes ou sociétés, le disque étant paru il y a plus de 50 ans.

L'enregistrement peut être aussi téléchargé en format FLAC (donc comprimé sans pertes) sur mon site, voir la page suivante de la rubrique consacrée à Hélène Boschi:
http://renegagnaux.ch/577982/582582.html


Commentaire(s)

Sylvie Bazzanella
Sylvie Bazzanella 03/11/2012
Une curiosité musicale au demeurant exquise.
René Gagnaux
René Gagnaux 03/11/2012
Merci pour votre commentaire, chère Sylvie.

À noter qu'il s'agissait du deuxième enregistrement mondial de cette sonate dans son intégralité, le premier ayant été fait quelques mois auparavant par Isaac Stern et Alexander Zakin (paru en Angleterre chez Philips), que je viens de réécouter: aussi une belle interprétation!.
Martine Desarzens
Martine Desarzens 04/11/2012
Merci pour cet enregistrement de si bonne qualité de prise de son !

Il est vrai que la rencontre entre Clara et Robert Schumann et Johannes Brahms fut une très riche, le génie du jeune Brahms a bouleversé Schumann !
Lire aussi :http://www.rodoni.ch/schumann/brahms.html

Petre Rybar était un excellent violoniste, lorsque j'étais enfant il venait très souvent chez mes parents dans notre maison à Aran, il était un homme adorable et doux !

Il ne s'est jamais remis de la mort de sa femme adorée !

Jusqu'à son décès il me téléphonait régulièrement, il m'invitait dans sa maison au Tessin, malheureusement je n'ai jamais pu m'y rendre. Il aimait me parler de son merveilleux jardin, de sa musique, et de sa femme.

Dans cet enregistrement j'aime particulièrement les mouvements 2 et 3.
Merci cher René !
Mario D'angelo
Mario D'angelo 04/02/2013
Chère Madame Desarzens,
Je ne savais pas que Peter Rybar habitait le Tessin ;
Il a du faire d'autres enregistrements que la F.A.E avec Hélène Boschi ; des sonates de Schumann : auriez-vous des informations à ce sujet ?
Pour l'anecdote (c'est Hélène Boschi qui m'avait raconté cela) c'est à la fin d'un enregistrement (était-ce la F.A.E ou une sonate de Schumann ?) et le dernier accord venait d'être posé lorsqu'une corde du piano a lâché dans un joli fracas faisant sursauter tout le monde ...
Martine Desarzens
Martine Desarzens 04/02/2013
Cher Monsieur bonjour,
Merci pour votre message.

"L'accident" de corde de piano qui lâche lors d'un enregistrement était toujours une grande angoisse de la part du soliste, du chef d'orchestre et des techniciens !

J'ignore si c'est encore le cas avec les nouvelles techniques d'enregistrements si perfectionnées ?

Peter Rybar s'est s'établit définitivement à Caslano, près de Lugano vers 1970 environs.

Il était inconsolable de la mort de sa femme Marcelle pianiste.

Malheureusement je ne pourrai pas vous répondre à votre question concernant Hélène Boschi, la seule personne que je connais, qui pourrait vous donner une réponse, est René Gagnaux et son merveilleux "Musée musical", dont je vous mets son lien, il est membre de NH et apporte à ses membres des trésors de documents audio rares !
René Gagnaux, mon musée musical ;http://www.renegagnaux.ch/271201.html

Courte biographie de Peter Rybar :http://www.notrehistoire.ch/article/view/820/

C'est René Gagnaux qui m'a fait découvrir la grande pianiste Hélène Boschi ce dont je l'en remercie au passage!

Personnellement tous les disques que j'ai reçu de Peter Rybar sont interprétés par Peter violon et Marcelle piano Rybar.

Je suis très contente de faire votre connaissance et vous envoi mes salutations les meilleures.
René Gagnaux
René Gagnaux 04/02/2013
J'ai ces sonates de Schumann par Peter Rybar et Hélène Boschi, le disque est dans la très longue liste des disques à restaurer.

Mais je vais les mettre en priorité, ces enregistrements vont donc venir prochainement!
Martine Desarzens
Martine Desarzens 04/02/2013
Quelle bonne nouvelle...merci!
René Gagnaux
René Gagnaux 04/02/2013
Ces pièces pour violon et piano de Robert Schumann (Fantasiestuecke Op. 73 et les sonates Op. 105 et 121) dans l'interprétation d'Hélène Boschi et Peter Rybar - enregistrées à Paris les 25/26 septembre et 10 octobre 1955 - sont un cas assez curieux: je n'arrive pas à trouver le disque d'origine, mais seulement celui de la réédition parue peut-être une dizaine d'années plus tard, celui que j'ai!

Il me semble qu'elles ne sont aussi jamais parues sur CD. Donc raison de plus de les restaurer en priorité!
Martine Desarzens
Martine Desarzens 04/02/2013
Cher René, comment vous remercier pour vos précieuses informations ......

Comme je me réjouis d'écouter ces deux grands artistes !

Merci, merci....j'espère que M. Mario D'Angelo vous lis également !

Ajouter un commentaire