Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

L. van Beethoven, Ouv. Egmont, OSR, Ernest Ansermet

L. van Beethoven, Ouv. Egmont, OSR, Ernest Ansermet
Ajouter

Description

Ludwig van BEETHOVEN, Ouverture de la Musique de scène pour Egmont en fa mineur, op. 84

Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ANSERMET, avril 1958, Victoria-Hall, Genève, Decca SXL 2003

Orchestre de la Suisse Romande, Ernest ANSERMET, concert du 27 avril 1960, Victoria-Hall, Genève


Ludwig van Beethoven compose sa Musique de scène pour la pièce de Goethe Egmont vers la fin de l'année 1809. Il s'agissait d'une commande du 'Wiener Burgtheater', où elle fut donnée en première audition le 15 juin 1810.


L'action se passe aux Pays-Bas: l'histoire et l'héroïsme du comte d'Egmont donnent à Beethoven l'occasion d'exprimer ses propres préoccupations politiques, et d'exalter le sacrifice de l'homme condamné à mort pour s'être dressé contre l'oppresseur, le roi Philippe II d'Espagne. L'oeuvre est constituée d'une ouverture et de neuf parties pour soprano, récitant et grand orchestre: c'est cette ouverture qui est la plus souvent jouée, une des plus célèbres ouvertures du compositeur, puissante et expressive.


Illustrant ce fichier: Portrait du comte d'Egmont, en buste, de 3/4 dirigé à droite: [estampe], Éditeur: [s.n.], 1 est.: gravure au burin, Identifiant: ark:/12148/btv1b84006197, Bibliothèque nationale de France, département Estampes et photographie, RESERVEFOL-QB-201(6), Relation: Appartient à: [Recueil. Collection Michel Hennin. Estampes relatives à l'Histoire de France. Tome 6, Pièces 526-607, période: 1563-1568], Relation: http://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb41499806m (catalogue), http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/btv1b84006197.r=egmont.langFR (photo)


"[...] Beethoven condense à merveille l'esprit entier de la tragédie du poète allemand dans son ouverture d'Egmont. C'est une véritable musique dramatique en soi, situant les idéaux patriotiques d'Egmont dans le thème du début et som amour pour Clärchen, l'autre héroine de la pièce, dans un thème fémini contrasté. Les deux motifs sont développés dans un 'Allegro' tumultueux jusqu'à ce que des accords légers signalent la mort du héros. Aucun des passages de l'ouverture ne correspond à un moment précis du drame, mais, pour la coda, Beethoven ajoute une 'Symphonie victorieuse' qui dépeint la vision d'Egmont d'une liberté future et les fanfares qui couvrent ses ultimes paroles [...]" un extrait du texte publié au verso de la pochette du disque SXL 2003, d'après Noël Goodwin.


Pour plus de détails sur l'oeuvre voir par exemple cette page en français de Wikipedia. La partition peut être téléchargée sur cette page de l'IMSLP.


Je vous propose cette ouverture dans deux enregistrements qu'en a fait Ernest ANSERMET avec son Orchestre de la Suisse Romande, le premier pour le disque en 1958 et le deuxième en concert, en 1960.


L'enregistrement pour le disque a été effectué aussi bien en mono qu'en stéréo - Pr: James Walker Eng: James Timms (m), Roy Wallace (s) - entre les 1er et 23 avril 1958 dans le Victoria-Hall, sa première parution a lieu en août 1958 sur le disque Decca SXL 2003 (stéréro), puis sur le disque LONDON CS 6037 (stéréo) et sur le disque LXT 5525 en septembre 1959, avec l'Ouverture d'Egmont pour compléter la deuxième face - c'est en fait l'Ouverture de Leonore No 3 qui avait été prévue: elle a bien été enregistrée (bande SAR 1560, d'après la discographie Decca de Philip Stuart), mais - pour une raison que je n'ai pas encore pu trouver - n'a pas été publiée sur ce disque, peut-être un veto d'Ernest Ansermet, ou peut-être tout simplement parce que l'Ouverture d'Egmont est plus dans l'atmosphère de la symphonie No 5 que l'Ouverture de Léonore No 3?.


Pour cette restauration j'ai utilisé un exemplaire de l'édition française du disque Decca SXL 2003, en stéréo, mais une stéréo encore à ses débuts. La qualité technique de l'enregistrement présente quelques faiblesses, surtout dans les passages forts.

Ceci vient malheureusement de la prise de son elle-même, la réédition sur CD chez Decca Australie dans leur série Éloquence présentant les mêmes faiblesses. Malgré ces défauts, l'interprétation reste superbe, très dramatique.


Le concert du 27 avril 1960, à l'époque diffusé en direct sur l'émetteur de Sottens (Ref.: Gazette de Lausanne, 27.04.1960, page 3, rubrique Les belles auditions) s'ouvrait avec cette Ouverture d'Egmont de Ludwig van Beethoven et se poursuivait avec le Concerto No 1 en ré mineur, Opus 15, de Johannes Brahms. En deuxième partie "Nuit dans les jardings d'Espagne" de Manuel de Falla et "Le Boléro" de Maurice Ravel. En soliste Arthur Rubinstein, l'Orchestre de la Suisse Romande étant dirigé par son chef titulaire Ernest Ansermet. Le même concert avait été donné le soir précédent au Théâtre de Beaulieu à Lausanne.


"[...] Ernest Ansermet, qui vient d'enregistrer sur disques l'intégrale des symphonies de Beethoven, nous avait donné, en début de concert, une des plus belles interprétations qu'il me paraisse possible d'entendre de l'Ouverture d'Egmond. L'une des qualités que j'admire le plus particulièrement chez le grand chef d'orchestre romand est probablement son remarquable esprit de synthèse. La transition qui, dans l'ouverture d'Egmond, nous conduit de l'introduction lente à l'allegro, ne m'avait jamais parue, par exemple, aussi logique, inéluctable même que mardi soir [...]" extrait du compte-rendu écrit par "J.B." dans la Gazette de Lausanne du 30 avril 1960, en page 4, rendu disponible grâce à la splendide banque de données "LE TEMPS - Archives Historiques, Une initiative soutenue par Bibliothèque nationale suisse | Bibliothèque de Genève | Bibliothèque de Lausanne | Fondation de Famille Sandoz | Mirabaud & Cie | PubliGroupe", qui est en accès libre.


La qualité technique de cet enregistrement de concert est nettement meilleure que celle de l'enregistrement fait pour le disque. Par contre je trouve que l'enregistrement du disque a une atmosphère nettement plus dramatique.


À chacun de juger lui-même, voici ces deux enregistrements:


Ludwig van Beethoven, Ouvertüre zur Schauspielmusik Egmont in f-Moll op. 84, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, avril 1958, Victoria-Hall, Genève, Decca SXL 2003 (Sostenuto ma non troppo - Allegro - Allegro con brio 08:33)


Decca SXL 2003 ZAL 4075/76 1E/2E -> WAV -> léger à moyen DeClick avec ClickRepair, des réparations manuelles -> FLAC


Ludwig van Beethoven, Ouvertüre zur Schauspielmusik Egmont in f-Moll op. 84, Orchestre de la Suisse Romande, Ernest Ansermet, 27.04.1960, Victoria-Hall, Genève (Sostenuto ma non troppo - Allegro - Allegro con brio 08:28)


Radiodiffusion (Archives RTS) -> WAV -> FLAC



Date

01/04/1958

Lieu

Rue du Général- Dufour 14, 1204 Genf, Schweiz

Popularité

1834
0

Auteur

Disques DECCA, RTS

Sous-collections
Ernest Ansermet

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire