Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Jean Osouf sculpteur, ami de Victor Desarzens

Jean Osouf sculpteur, ami de Victor Desarzens
Ajouter

Description

Jean Osouf est né le 15 juin 1898 à Vitry-le-François dans la Marne. La ruine de sa famille dans la guerre, ne lui permet pas de reprendre le négoce de vins de son père. Entreprenant et courageux, il monte alors une affaire prospère dans le commerce de toile de jute. Mais il l’abandonne rapidement pour acheter une librairie place de la Sorbonne et s’instruire en lisant. A cette période, il commence à modeler de petites figurines et, poussé par un client danois, il devient l’élève de Charles Despiau à l’Académie Scandinave. Puis, grâce à sa première femme catalane, il rencontre Aristide Maillol lors d’un séjour à Banyuls. A l’âge de trente ans, il décide de se consacrer à la sculpture et cesse toute autre activité.
Osouf enseigne à partir de 1940, remplaçant Maillol et Malfray à l’académie Ranson.

Il est remarqué dès 1937 lors de l'Exposition universelle où on lui commande une statue de pierre d'une hauteur de 2m50, "L'Eveil", placée devant le Musée d'Art moderne.

Osouf a exposé en 1938 avec Albert Marquet à Amsterdam.

Ses oeuvres sont alors très demandées et il doit participer à plusieurs grandes expositions internationales si bien que ses créations sont aujourd'hui présentes dans de grands musées de par le monde:
Oslo, Stockholm, Copenhague, Amsterdam, New-York, Tokyo. Son succès dans les pays scandinaves est incontestable. Son exposition à la Glyptothèque de Copenhague en 1946 reste un grand moment. Aujourd'hui encore, sa "Venus", une oeuvre monumentale siège toujours devant l'université des sports d'Oslo.
En France sa carrière n'est pas passée inaperçue. N'a-t-il pas reçu le prix Paul-Louis Weiller de l'Institut de France en 1974 et l'ensemble de son oeuvre a été exposée, aux côtés de tableaux de Gromaire en 1960, au Château de Saint-Ouen.

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire