Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Jean Osouf sculpteur, offre cette tête de jeune fille à Victor Desarzens pour ses soixante ans

Jean Osouf sculpteur, offre cette tête de jeune fille à Victor Desarzens pour ses soixante ans
Ajouter

Description

Mes parents ont fait la connaissance du sculpteur Jean Osouf en 1955. Lorsque nous l’avons connu il avait épousé en seconde noces Solvei, une jeune femme nordique, mannequin venu à Paris pour défiler pour le couturier Pierre Balmain. Ils ont eu 2 fils, Marc et Eric. A cette époque Osouf avait déjà 60 ans. Il avait été élève d’Aristide Maillol, ami proche du sculpteur Charles Despiau. Il était déjà très célèbre et reconnu internationalement. L'amitié qui est née entre mon père et le sculpteur a duré jusqu'à leur mort. Nos familles étaient très unies et se voyaient souvent aussi bien au 19 rue Besout à Paris ou au chalet Solvei à St. Luc dans le val d'Anniviers ou chez nous a Aran. J’avais 12 ans à cette époque. En 1950 Osouf  avait acheté un chalet à St Luc pour sa femme, le chalet porte le nom de sa femme. 

Mon père à reçu cette sculpture de Jean Osouf pour ses 60 ans en 1968 

Commentaire(s)

Martine Desarzens
Martine Desarzens 06/03/2012
Hélas je ne sais pas....par contre je sais que Osouf aimait sculpter ses filles. Cela me fait penser qu’il s’agit peut-être d’une de ses 3 filles nées de son premier mariage avec la femme sculpteur Gisèle de Pallarès soit; Marie-Claire, Odile ou Cécile. Gisèle de Pallarès a été la femme qui a convaincu Jean Osouf qu'il avait un don pour la sculpture et c'est elle qui lui présenta Aristide Maillol.
J'ai bien connu ses filles qui étaient des adultes lorsque j'avais 12 ans; c'étaient des femmes magnifiques. Lorsque Solvei, à peine âgée de 19 ans eut son premier fils avec Osouf, c'est Gisèle de Parralès qui les accueilli chez elle. Ses filles et elle se sont occupées de la mère et du bébé Marc. J'ai encore croisé ses filles, lors de ma dernière visite à Osouf dans l'institution de Nogent, Odile et Cécile étaient là pour s'occuper de leur père. Aujourd'hui je regrette de ne pas avoir parlé plus avec ces femmes si généreuses. Alors peut-être Marie-Claire, Cécile ou Odile ?

Ajouter un commentaire