Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Victor Desarzens est mort; divers hommages de la presse

Victor Desarzens, notre père est mort dans nos bras, jeudi 13 février 1986 à l'âge de 78 ans; pour nous, ses enfants c'est un jour de deuil.


La veille il avait eu une première alerte qui nous avait réunis autour de lui. Il avait beaucoup de peine à respirer; nous savions qu'il vivait ses dernières heures.


J'aime tant cette sublime photo; le regard est resté si perçant et vif sur la vie !

Elle montre Victor Desarzens, épuisé, amaigri et éprouvé par la mort de sa femme. 

Louky notre mère venait de mourir après des mois de lutte contre un cancer, mon père l'a veillée nuit et jours jusqu'à sa mort.

Ce regard est celui d'un chagrin si profond que mon père disait chaque jours qu'il souhaitait mourir de chagrin, c'est ce qui est arrivé peu de temps après.

Marcel Imsand, ami de notre père à fait ce portrait de notre père le jour de la projection du film Plans-Fixes en 1984.





Photo de Jean Mayerat, photographe lors du tournage du Plan Fixe, http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/47326/


Depuis la mort de Louky, sa femme chérie, notre mère il n'avait plus envie de vivre. Il s'était réfugié dans la solitude. 




Victor Desarzens en Provence dans son mas; http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/40016/

Victor et Louky, un couple et une vie 

Voir : http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/33470/



Dès le lendemain, la presse a rendu de très beaux hommages à ce grand musicien si sensible, passionné et tourmenté, chef fondateur de l'Orchestre de Chambre de Lausanne, OCL, son 5èm enfant!







La presse a évoqué la naissance de l'OCL; http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/34864/









La presse a évoqué ses racines du Pays d'en Haut et de son père boulanger : http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/37944/



Ainsi que l'histoire de son enfance, jeune violoniste à l'école à Yverdon avec son frère Georges.

Enfants dans la classe de Mlle Dubath; http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/39980/




Georges et Victor; sont-ils nés avec un violon collé au menton ?: http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/32871/

Leur jeunesse de violonistes virtuoses "Les frères Desarzens" : 
Voir ;http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/39959/

Puis à la vieillesse; les frères se sont retrouvés avant de mourir: 
Voir : http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/39946/



La presse a évoqué ses engagements, SA musique, passion de sa vie, a été évoqué à travers des articles très élogieux et justes par des journalistes mélomanes qui ont souvent donné la parole aux musiciens de l'OCL et autres personnalités de la musique.



" J'en ai la conviction"..." Ce n'est pas simple d'être un chef. Au début il y a l'enthousiasme. Puis vient forcément le moment de la réflexion, de la prise de conscience. C'est le moment dangereux pour l'interprétation, celui où la volonté et l'intelligence raisonnante tendent à se liguer contre l'intelligence intuitive dont parle Proust, est qui est en dernière analyse bien supérieur à la première.".....http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/48303/





Photo; Victor et Louky Desarzens lors de l'inauguration du studio Victor Desarzens à La Maison radio-Lausanne. http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/41929/

Radio-Lausanne, notre deuxième maison:


Voir ; http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/39977/

Nous avons aussi appris avec une grand émotion que Victor Desarzens est mort alors que les musiciens de SON orchestre, l'OCL, répétaient des concertos de Beethoven avec Barenboin, concertos de Beethoven que  Victor Desarzens avaient donnés en oncerts lors des premiers concerts de l'OCL à La Maison du Peuple devant un public lausannois enthousiaste de cette découverte!  ! 


Dès le 10 novembre 1942, ça y est...La légende est en marche. Dans la Maison du Peuple cette salle "sans aucun charmes, quatre murs, un toit,aux fauteuils usés, des couleurs fanées, mais une acoustique inégalée" mots de Myriam Testaz....journaliste et amie;http://www.notrehistoire.ch/photo/view/41927/





Les premiers concerts de l'OCL à la Maison du peuple à Lausanne : 
http://www.notrehistoire.ch/photo/view/39940/?msg=photoUpdateSuccess

Photo; intérieur de la Maison du peuple: http://www.notrehistoire.ch/photo/view/48964/



Ernest Ansermet; http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/article/934/

Victor Desarzens avait quitté sa maison à Aran où il avait vécu tant d'années de bonheur entouré de sa famille et ses amis:
Aran :http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/33557/

Le studio de travail à Aran de Victor Desarzens.





Photos; Isabelle Desarzens, fille de Victor Desarzens







En 1963, l’OCL fête ses vingt ans. L’orchestre et son chef ont été fêtés, honorés, applaudis, remerciés etc. La Ville de Lausanne à marqué cet évènement par de nombreuses manifestations musicales ainsi une plaquette contenant de nombreux témoignages. Dans cet interview donné à la télévisons, mon père n’a pas pu dire que 20 ans auparavant parmi les auditeurs du 1èr concert il y avait Gustave Doret, René Auberjenois, Charles-Albert Cingria, Charles Clément, Casimir Raymond, Marcel Poncet….

Mon père vivait une période de grand bonheur avec ce que nous appelions, son 5èm enfant ; l’orchestre de chambre de Lausanne. Il était certainement à l’apogée de sa carrière de chef d’orchestre. A vingt ans, l’OCL était devenu un foyer de culture qui rayonnait bien au-delà des frontières de la Suisse. L’OCL avait reçu une médaille de bronze aux semaines musicales de Paris. Mon père avait obtenu que la Municipalité de Lausanne subventionne « les concerts populaires », concerts du dimanche matin, pour lesquels toutes les places de la grande salle du Théâtre municipal étaient offertes pour un prix unique et très réduit. Dès le début, ces manifestations musicales ont remportés un très grand succès. Elles se déroulaient devant des salles souvent archi-combles composé d’un public de jeunes et d’enfants accompagnées par leurs parents. Dans cette interview Victor Desarzens rend un bel hommage de remerciement à la Ville de Lausanne.

Interview de Victor Desarzens lors des 20 ans de l'OCL, document audio:http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/video/1017/









Durant toute sa vie de musicien, Victor Desarzens s’est inlassablement engagé pour que la musique soit accessible à tous.  http://www.notrehistoire.ch/article/view/1085/





Voir ; http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/46088/




Frank Martin et Victor Desarzens; une amitié jusqu'à la mort entre ces deux grands artistes:


Voir ; http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/33836/



En route pour Paris, avec notamment au centre le 1er violon solo, Stéphane Romascano pour l'interprétation du Cornet de Frank Martin, d'après le poème de Rainer-Maria Rilke.

Concert donné dans le cadre des Semaines musicales internationales de Paris, Salle Gaveau.

A la suite de la recommandation de Frank Martin, Elisabeth Honhgen fut engagée pour chanter le "Cornet" à Paris.

Il semblerait que dans les archives de Victor Desarzens, données à la Ville de Lausanne et au Conservatoire de Lausanne, il y ait un enregistrement du "Cornet" de Frank Martin, avec Elisabeth Hongen.

Pour cette exécution Victor Desarzens reçu le grand prix musical international, attribué pour la première fois, en 1964, à une oeuvre étrangère donnée en première audition en France, la Médaille du grand prix de la Ville de Paris
Voir ;http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/40254/


Le Vin Herbé de Frank Martin enregistré par l'OCL sous la direction de Victor Desarzens en 1964. Maison de la Radio à Lausanne. 

Cette année aura été une année de grand bonheur pour mon père; il réalisait son rêve d'exécuter le Vin Herbé  dont son ami Frank Martin avait composé la musique sur  la belle histoire d'amour entre de Tristan et Yseult.

 Le récit de Tristan et Yseut a été écrit au XIIe siècle. Cependant tel qu’il nous est restitué par Joseph Bédier à la fin du XIXe siècle, c’est en fait une reconstitution composite de la vieille légende celtique à partir des fragments sauvés des ouvrages de Béroul et de Thomas surtout. 

L’histoire se déroule en Cornouailles, en Bretagne et en Irlande. Elle met en scène deux jeunes gens : Tristan de Loonois (le pays de St-Pol-de-Léon), chevalier et neveu de Marc, vieux roi de Cornouailles et Yseut la blonde, jeune fille noble d’Irlande, épouse de ce même Marc. Tout le roman relate les amours contrariées autant qu’irrésistibles de ces deux jouvenceaux.


Nous avons assisté aux nombreuses répétitions.  


Hommage de Victor Desarzens à Frank Martin; "Petite Fanfare" Voir ; http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/34737/









Les premiers concerts; des programmes audacieux et des solistes prestigieux; http://www.notrehistoire.ch/photo/view/39948/





Plan fixe voir : http://www.notrehistoire.ch/article/view/912/






Les beaux-parents de Victor Desarzens; la famille Charles Grezet; 


Voir : http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/photo/33331/



Mon grand-père, Charles Grezet, lire : http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/article/898/



Victor Desarzens est enterré au Cimetière du Bois-de-Vaux à Lausanne.

 En 2011, Municipalité de Lausanne a informé la famille que la tombe serait dorénavant entretenue par la Ville.

 Bel hommage à notre père, nous avons été très touché et sommes reconnaissants !





En 2008, pour marquer l'événement des 100 ans de sa naissance les éditions de l'Air ont sorti un très bel ouvrage écrit par Antonin Scherrer:


  • Tout là-haut sur la terre. Victor Desarzens et son temps



"Disparu en 1986, sait-on encore qui était Victor Desarzens ? Mesure-t-on, au-delà de la création de l’Orchestre de Chambre de Lausanne en 1942, quelle influence cruciale il a exercée en plus de trente ans d’activité sur le terreau culturel vaudois et helvétique ? Violoniste, chambriste, chef d’orchestre, penseur, épistolier intarissable, cet amoureux de nature et de bonne chair aura été aussi – surtout ? – cet infatigable découvreur de talents qui ne reculait devant aucun obstacle pour défendre les idées et les gens auxquels il croyait. C’est cet homme, et à travers lui toute une époque, que ce livre s’est fixé pour objectif de croquer. Entre mots et photos, on chemine du Pays-d’Enhaut de 1900 à la Lausanne du début de la radiodiffusion, on traverse la guerre, les années héroïques des premiers pas de l’OCL, séjourne à Winterthour et au Château de Muzot en hôtes comblés de la famille Reinhart, on se retire aussi à la Valsainte et chez les Bernardines de Collombey ; on rencontre bien sûr des musiciens, mais également des peintres, des écrivains, des médecins passionnés de musique… Toute la vie d’un temps passé mais pas révolu à travers la lunette d’un homme hors du commun, intransigeant par passion, passionné par nature. Quelque part entre tout là-haut et la terre.

Le livre est enrichi d'un CD reprenant les enregistrements studio des 2 Symphonies de Weber dirigées par Desarzens et parues chez Westminster dans les années 1960 ainsi qu'une sélection d'interviews accordées à Henri Jaton pour la Radio Suisse Romande.

Né à Vevey en 1976, Antonin Scherrer a la joie et le privilège d’habiter le plus beau pays du monde: celui «d’en-haut», où Victor Desarzens a vu le jour en 1908. Chroniqueur musical et animateur radio sur Espace 2, il préside aux destinées de la Fondation Pierre et Louisa Meylan (dont il a été lauréat en 2003), du Festival de musique ancienne «La Folia» de Rougemont et du label discographique Claves Records. Il est l’auteur d’un recueil de 49 portraits de luthiers romands (Revue Musicale de Suisse Romande 1999) et d’une monographie dédiée au chef et pédagogue Jacques Pache (Colophane 2000)."

Editions de l'Air; http://www.editions-aire.ch/details.php?id=1357


Téléjournal de la TSR; http://www.notrehistoire.ch/group/victor-desarzens/video/1210/

Ajouter

Commentaire(s)

Pierre-Marie Epiney
Pierre-Marie Epiney 02/07/2014
J'ai lu cette page avec un vif intérêt et beaucoup d'émotion, particulièrement lorsque vous dites : "Depuis la mort de Louky, sa femme chérie, notre mère il n'avait plus envie de vivre. Il s'était réfugié dans la solitude."
Merci du partage.
C'est un homme que j'aurais bien aimé avoir connu.
Martine Desarzens
Martine Desarzens 02/07/2014
Votre témoignage me touche beaucoup , je vous en remercie.

Ajouter un commentaire