Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

L’or blanc de Granges

L’or blanc de Granges
Ajouter

Description

PLATRE OU EMPLATRE ? UNE QUESTION DE GYPSE

L’or blanc de Granges – Commune de Sierre

Savez-vous que La Plâtrière de Granges près de Sierre est la deuxième plus grande fabrique de plâtre de Suisse ?

légende de la photo principale :

  • L’ancienne fabrique de plâtre peu avant sa démolition. Démolie pour l’agrandissement de la route du Simplon (Photo Charly-G. Arbellay – CA)

  • L’actuelle Plâtrière en 2015 construite au lieudit «Mangold» du patronyme d’une famille haut-valaisanne émigrée en Argentine qui avait une ferme à cet endroit. (CA)

 

La pierre à plâtre provient du gypse, une roche sédimentaire qui est en fait un sulfate de calcium hydraté. Son exploitation remonte au Moyen Age. En effet, il n’est pas impossible que la pierre à plâtre ait déjà été employée dans la construction de nos châteaux, dont on a trouvé des éléments lors des fouilles effectuées par les membres de la commission du Vieux-Granges. Par ailleurs, tous les piliers et les nervures de voûtes de la cathédrale de Sion, bâtie entre 1470 et 1511, sont en un gypse marbré qui provient probablement de Granges.

 

TROIS EXPLOITATIONS

En 1896, une petite fabrique de plâtre nommée «Le Foulon» appartenait à l’entrepreneur Tamini de St-Léonard. Elle consistait en un petit four et un broyeur à meules primitif mû par une roue à eau. Tamini tirait sa matière première d’une carrière proche qui était la propriété de la commune de Granges. Il avait pour concurrents deux autres propriétaires: Solioz et Zoni de Sion qui exploitaient à Granges deux carrières privées. Le gypse qui en était extrait a été longtemps vendu à la fabrique de plâtre de Grandchamp-Veytaux (VD), dont la carrière était épuisée. Plus tard, la carrière de Solioz a passé aux mains de Joseph Mutti, entrepreneur à Sion qui l'a revendue, en 1924, à la Gips-Union.

  • La fabrique de plâtre à gauche, les bureaux et la dépendance de l’hôtel de la gare servant de cantine des ouvriers, à droite (dessin de 1920)

  • La gare de Granges-Lens. A gauche la dépendance de l’hôtel de la gare servant de cantine des ouvriers.

La même année, deux hommes d’affaires des environs construisent une nouvelle fabrique de plâtre. Dix ans plus tard, l’entreprise se trouve en difficulté et devient, en 1936, la propriété d’une firme tessinoise qui la cède en 1943 à la Gips-Union. Celle-ci continue l’exploitation, à laquelle est rattachée une fabrique de planches de plâtre, située sur la rive gauche du Rhône.

  • La gare marchandise des CFF aujourd’hui disparue d’où le plâtre quittait le Valais. (CA)

RENOUVEAU

Le 6 avril 1962, la société La Plâtrière SA voit le jour. Elle développe un produit phare qui connaît un très grand succès dans la construction. Il s’agit de carreaux en plâtre massif connus sous le nom de carreaux Alba. La Plâtrière collabore avec la Gips-Union et vend également sa propre production. En 1998, la société Rigips SA succède à Gips-Union SA et, en 2001, La Plâtrière SA de Granges est rachetée par la société Rigips qui fait partie du groupe mondialement établi Saint-Gobain. A noter que le propriétaire foncier de la carrière est la Bourgeoisie de Sierre qui met à la disposition des exploitants plus de 70 000 m2 de surface. Elle en retire un montant forfaitaire indexé.

En plus, le site grangeard est devenu depuis peu le centre romand du recyclage du plâtre. Pour clore ce résumé, on dira que l’union fait la force comme Rigips fait le plâtre !

  • Ouvrier travaillant à la fabrication des carreaux de plâtre. (CA)

 

 

 

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire