Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Hector BERLIOZ, Marche hongroise, Orchestre Symphonique de la NHK, Ernest ANSERMET, 1964, Tokyo

Hector BERLIOZ, Marche hongroise, Orchestre Symphonique de la NHK, Ernest ANSERMET, 1964, Tokyo
Ajouter

Description

                   Hommage à la mémoire d' Ernest ANSERMET, 2019, IV

Cette courte oeuvre très populaire est extraite de la première partie de « La Damnation de Faust» d'Hector Berlioz, une oeuvre qu'il composa sur le thème du premier Faust de Johann Wolfgang von Goethe - une libre adaptation, par Almire Gandonnière et Berlioz lui-même, de la pièce de Goethe telle qu'elle avait été traduite par Gérard de Nerval en 1828. L'oeuvre est sous-titrée «Légende dramatique en quatre parties», elle fut donnée en première audition à Paris, à l'Opéra-Comique, le 6 décembre 1846.

Si l'oeuvre est assez peu souvent donnée en entier, plusieurs fragments en sont souvent joués indépendamment en concert, tels que la Marche hongroise, le Ballet des sylphes, le Menuet des follets, la Chanson de la puce, la Ballade du Roi de Thulé, la romance D'amour l'ardente flamme, l'Invocation à la nature, pour ne citer que les plus connus.

Le décor de la Marche hongroise: les plaines de Hongrie. C'est le début du printemps, Faust chante sa solitude dans la nature. Au loin, des paysans dansent (Choeur des paysans) et un défilé de soldats se préparant au combat surgit: c'est là que se situe cette «Marche hongroise», ou «Marche de Rakoczy».

Une de ses utilisations savoureuses est celle du film La Grande Vadrouille, 1966, dans lequel Stanislas Lefort / Louis de Funès dirige une répétition de la Marche hongroise pendant l'occupation de Paris.

Mais elle a aussi été mise à toutes les sauces...


En 1964, Ernest Ansermet fut invité à donner sept ou huits concerts au Japon avec l'Orchestre Symphonique de la NHK: cette entreprise gére les stations de radio et de télévision du service public japonais, et - entre autres - finance un orchestre symphonique renommé. Il fut fondé le 5 octobre 1926 sous le nom de «New Symphony Orchestra», rebaptisé plus tard «Japan Symphony Orchestra»; il reçut son nom actuel en 1951, lorsque la NHK en devint le sponsor. Donc une histoire très semblable à celle de l'OSR et de la Radio Suisse Romande.

Un très court compte-rendu de Franz WALTER fut publié dans le Journal de Genève du 4 juin 1964 en page 9:

"[...] D'excellentes nouvelles nous parviennent d'Ernest Ansermet qui dirige en ce moment une série de concerts à Tokio: trois programmes qui se répètent plusieurs fois, avec Mozart, Beethoven, Debussy, Ravel, Strawinsky, Brahms, de Falla et Martinu.

Ernest Ansermet est d'ailleurs loin d'avoir été accueilli comme un inconnu et a pu se rendre compte de la popularité que lui ont value déjà ainsi qu'à son orchestre ses nombreux enregistrements sur disque qui sont très prisés au Japon. Un jeune mélomane est même venu à l'issue d'un des concerts avec 22 disques sous le bras à lui faire signer!

À leur voyage de retour, M. et Mme Ansermet s'arrêteront à Hong-Kong, Bombay et Le Caire. [...]"

L' année suivante, l'Orchestre de la Suisse Romande et Ernest Ansermet auraient dû partir en tournée pour trois semaines au Japon, un projet qui échoua toutefois pour des raisons financières: ce n'est qu'en 1968 qu'il put être réalisé. Un extrait de cette tournée - la Symphonie Fantastique de Berlioz - est paru sur le CD VEL 3143 de Cascavelle, et qui est encore disponible dans la boutique de la RTSR.

L' enregistrement de la Marche Hongroise proposé ici provient d'un concert donné le 30 mai 1964.

L' enregistrement que vous écoutez...

Hector Berlioz, Marche hongroise, ou Marche de Rakoczy, extraite de la première partie de La Damnation de Faust, Op. 24, Orchestre Symphonique de la NHK, Ernest Ansermet, 30 mai 1964, Tokyo (05:00)


Pour l'instantané illustrant cet audio: voir https://www.notrehistoire.ch/medias/115662


Une autre interprétation de cette marche, sous la direction de Victor Desarzens: https://www.notrehistoire.ch/medias/4155.

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire