Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Les "tireurs de sable" de l'Arve

Dans les années 30, les constructions "modernes" des bâtiments utilisaient d'une manière générale le ciment armé et la pierre artificiel, entraînant la fin du transport par barques du Léman de leurs transports de pierres, mais une nouvelle profession s'ouvrait "Les tireurs de sable".

Au bord de l'Arve, près de Carouge, se sont ouverts de nombreux chantiers de gravières pour répondre à la demande grandissante de sable à Genève mais aussi dans le proche canton de Vaud.

Sur un espace d'environ cinq kilomètres le long de la rivière, on pouvait voir, séparées les unes des autres par d'assez grande distance, des dragues qui plongent dans le flot lourd de sable. A cette époque près de 480 000 mètres cubes de gravier étaient extraits du lit de la rivière.

Au début, le travail s'effectuait à l'aide de petites barques lourdes dont certaines avaient plus de cinquante ans d'existence, puis se sont développées des dragues.

Photo Mauro Bernardi

Les extraits de la rivière étaient passé sur un tamis et les pierres un peu plus grandes, passaient dans un cylindre pour être concassées puis triées en différentes grosseurs.

Photo Yves Burdet

Le transport de sable ou de gravier s'effectuait, soit par des barques vers le centre de la ville, soit par des charrettes.

Entre 1950 et 1983, la volume de matériaux prélevé dans l'Arve était estimé entre 10 et 15 millions de mètres cubes (Etat de Genève).

Petite remarque: avant 1900, il se trouvait de nombreux orpailleurs dans cette région.

Sources:

- L'Illustré 31 août 1931

- La promenade des Orpailleurs (État de Genève)



Ajouter

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire