Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Télésiège les Replans - les Avattes

Télésiège les Replans - les Avattes
Ajouter

Description


Qui se souvient du télésiège les Replans - les Avattes inauguré en 1951 sur la partie inférieure des Petites Roches (également connues sous le nom de Petit Chasseron)?

Les anciens (skieurs) de la région et d'ailleurs n'ont certainement pas oublié les innombrables descentes effectuées le nez dans les spatules, hissés qu'ils étaient, sans effort, à tout petit prix, par cette remontée mécanique.

Par grand froid, les employés de l'installation distribuaient des couvertures.

En cas de chutes de neige mouillée ou de pluie, sous l'effet de la secousse provoquée par le passage sous les pylônes du télésiège, des gouttes d'un liquide noirâtre huileux tombaient des poulies grinçantes et aspergeaient les passagers. Les tenues de ski de cette époque étant toutes de couleur noire ou violet foncé, l'élégance des sportifs de neige n'en souffrait guère.

Chaque jour, à 11 heures précises, les élèves de l'école privée Jolie Brise, située à quelques mètres en contrebas de la station de départ des installations, montaient à pied, skis sur l'épaule, sous les installations, des Replans aux Avattes (300 mètres de dénivellation positive quand même). C'était une obligation. Ceux qui, brassant la neige, marchaient vite, gagnaient le droit, une fois le pensum quotidien accompli, de faire usage du télésiège pour accomplir encore une ou deux descentes avant midi, l'heure du dîner.

Bien calé sur son siège, on pouvait admirer les évolutions des skieurs et plus particulièrement celles du très élégant 'grand Caloz', coiffeur en été et professeur de ski en hiver.

Arrivé en fin de vie, ce télésiège historique a été démoli en 1991, après quarante années de bons et loyaux services.

Nombreux sont ceux qui regrettent sa disparition.

Photo: témoin d'un passé cher, ce siège survivant, sis près de l'ancienne station d'arrivée (Les Avattes), offre son confort succinct aux randonneurs nostalgiques ou simplement fatigués.

Nota bene: le siège de la photo est déjà le résultat d'une modernisation archaïque partielle du matériel, la toute première version de banquette était faite de lattes de bois (rouges, bien sûr).

Marcel Maurice Demont, 2018.

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire