Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Genève, l'échec du tram de la Cité

A l'aube du 20ème siècle, le réseau des tramways genevois était l'un des plus vastes d'Europe et présentait une importante densité de voies au centre-ville. Le 22 décembre 1898, une concession des Chambres fédérales a été accordée à la Compagnie Genevoise des Tramways Électriques pour une déserte de la Haute-Ville par une ligne de tramway, de la place Bel-Air jusqu'à la rue Verdaine, en passant par l'Hôtel de ville, rue d'Italie et la place de Bourg-de-Four, puis de revenir par la rue du Rhône.

De nos jours encore, il est difficile de s'imaginer un tramway sur la rue très abrupte de la Cité (déclivité de 11.8%) ainsi que sur la pente de la rue Verdaine (6 à 10 %), avec une ligne sans crémaillère, ni câble, techniques qui existaient pourtant à l'époque.

Avant 1900, c'était surtout les tramways hippomobiles et à vapeur. En 1900, il existait à Genève, trois compagnies de tramways:

* La Compagnie Générale des Tramways Suisses

* La Société Genevoise de Chemin de fer à Voie Étroite

* Le Chemin de fer Genève - Veyrier

Le 11 août 1899 François Forrestier fonde la Compagnie Genevoise des Tramways Électriques qui ambitionne de racheter les autres compagnies et d'interconnecter les voies de celles-ci.

Après plusieurs mois d'étude, les ingénieurs présentent le projet pour la Cité et celui-ci étant accepté, les travaux commencent le 8 août 1900.

Photo Revue Tram, N. 105, d'avril 2011, travaux au Bourg-du-Four

Mais, faire passer un tramway, même avec des freins magnétiques révolutionnaires, semblait bien utopique. Les essais commencent en février 1904 et la ligne est ouverte le 7 mars pour une période d'essai de trois mois, avec une inauguration prévue le 7 juin 1904.

Le 30 mai 1904, vers 16h30, soit quatre jours avant la fin de la période d'essai, un grave accident survient au bas de la rue de la Cité. Dans la pente, le véhicule ne répond plus aux sollicitations du wattman, ni les freins magnétiques, ni le frein à main ne permettent d'arrêter le véhicule qui ne peut éviter un accident avec un fiacre dans la rue des Allemands (actuellement rue de la Confédération).

Cet accident prouve combien est dangereuse cette descente de la rue de la Cité et en consultant les articles de presse de l'époque, nous pouvons lire:

*13.02.1904: "Les essais de freins magnétiques Westinghouse sur les voies du tramway de la Haute-Ville, pratiqués durant les dernières nuits en présence de représentants de l’État, de la ville et de la C.G.T.E. ont, paraît-il donnés d'excellents résultats et la ligne courrait enfin le risque d'être inaugurée".

*04.03.1904: "Il a été décidé que le tramway de la Cité serait ouvert à la circulation lundi matin 7 mars 1904. Le Département du Commerce et de l'Industrie a télégraphié à Berne qu'il acceptait l'horaire proposé par la compagnie pour le trajet prévu, Cité -rue Verdaine et vice-versa".

*04.06.1904: "Le Conseil d’État a ordonné la suspension "momentanée" du service du tramway de la Cité. Il s'est produit l'autre jour (30 mai) sur cette ligne un accident heureusement sans conséquences graves mais qui eût pu être sérieux. D'où pétitions et contre-pétitions. Il y a bien des chances pour que le tramway de la Haute-Ville ne soit plus jamais exploité".

*03.07.1904: "Nous apprenons que dans la nuit de lundi à mardi, des essais ont été effectués avec de nouvelles voitures pour l'utilisation de la voie de tramway Cité - Hôtel de ville - rue Verdaine, en présence de MM le Conseiller d’État Thiebaud, l'ingénieur fédéral, Charbonnier, ingénieur cantonal et une délégation de la C.G.T.E. On espère cette fois que sitôt les voitures munies de nouveaux freins, l'exploitation régulière de cette infortunée ligne sera possible".

Cependant malgré de longues négociations, ni le Canton, ni la Confédération ne donne une suite favorable à la poursuite de l'exploitation.

En 1924, les quatre machines construites spécialement pour cette ligne (plus étroites) sont déclassées en véhicules de service et démolies entre 1950 et 1956. Les voies ont été démontée dès 1908.

Sources:

  • Archives du Journal de Genève et de la Gazette de Lausanne
  • Revue spécialisée Tram N. 105 de 2011, Éditions Endstation Ostring à Berne

Ajouter

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire