Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

La Mémoire ouvrière

Enlever des documents


La Mémoire ouvrière

 Le monde ouvrier valaisan.

Qu’il s’agisse d’usines, de gravières, ou encore de voies ferrées, nombreuses sont les traces de l’activité industrielle en Valais. Avant que le secteur des services ne prenne l’importance qu’on lui connaît aujourd’hui, l’économie valaisanne balançait essentiellement entre la paysannerie, le tourisme et l’industrie. De ces différents acteurs est née une tension visuelle forte entre les vergers et les montagnes vantés par le tourisme et les bâtiments industriels.

Sous ses différentes appellations (AIAG, Alusuisse, Alcan et Novelis), l’industrie métallurgique de la région de Sierre a profondément modifié le paysage valaisan dès le début du siècle dernier. L’histoire du Valais moderne se confond avec son développement industriel qui en fait un des fleurons de l’aluminium en Suisse (voir annexe sur l’histoire du Valais de 1905 à nos jours). Mais l’histoire du monde ouvrier semble avoir été oubliée au profit des images d’un Valais romantique et montagnard.

Par ailleurs, si le monde actuel a vu peu à peu disparaître la classe ouvrière telle qu’elle s’est constituée au siècle précédent (c'est-à-dire comme un référent stable, un groupe d’individus influent, susceptible de mobiliser durablement les esprits et les cœurs), les usines valaisannes n’ont jamais pour autant cessé leurs activités. Les halles de Chippis et de Sierre viennent de fêter leur jubilé de l’aluminium, et cela malgré les nombreuses incertitudes qui pèsent sur leur avenir suite à la vente récente d’Alcan aux fonds d’investissement Apollo et FIS. La crise économique que nous traversons a débouché sur des suppressions d’emplois au sein de l’entreprise Novelis. Quant au paysage de Chippis, il s’est vu remodeler en profondeur par la déconstruction d’une partie conséquente de ses installations industrielles.

Comment expliquer que les ouvriers constituent un groupe social important et que leur existence passe de plus en plus inaperçue ? Face aux défis que dessine un présent incertain, à l’heure de l’affaiblissement des résistances collectives, de la détérioration des relations sociales au travail, n’est-il pas nécessaire de renouer avec cet héritage ouvrier et de faire une place à ces générations d’hommes et de femmes, véritables « bâtisseurs » du Valais moderne ?

Trier par 
Pillet Charles,
Pillet Charles,
636 | 1 | 0
Rénovation à Ayer
Rénovation à Ayer
497 | 1 | 1