Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Lausanne - Eglise orthodoxe grecque

Lausanne - Eglise orthodoxe grecque

Description

Construite de 1922 à 1924 par les architectes Charles Melley (1855-1935)  (1) et René Amiguet (1893-1931) (2) , l'église orthodoxe grecque de Lausanne est la plus ancienne de Suisse. La construction fut financée par Gerassimos Vergottis, originaire de l'île de Céphalonie. Selon son désir l'église fut dédiée au saint-patron de l'île : Saint-Gerassimos. L'inauguration officielle a eu lieu le 5 juillet 1925. Une réception suivi dans les salons du Grand-Hôtel Alexandra, décorés des drapeaux hellène et suisse.

Cette église s'inscrit dans la plus pure tradition architecturale orthodoxe. Le plan de style arméno-byzantin est en croix. La coupole centrale est portée par un tambour octogonal encadré par quatre voûtes en berceau. C'est à l'ingénieur valaisan Alexandre Sarrasin (1895-1976) (3) que l'on doit la conception de cette dernière.






L'espace peint comprend l'un des plus remarquables décors peints de 
l'artiste vaudois Louis Rivier (1885-1963) (4) dont l'exécution se déroula 
en six étapes de 1924 à 1940.
Le programme iconographique a très certainement été établi par 
l'archimandrite, en adéquation avec la liturgie orthodoxe grecque.






Scènes bibliques :








Le décor peint de Louis Rivier se déploie sur l'ensemble des murs 
de l'église.





Personnages vêtus de riches étoffes, clous en or et argent rehaussent 
les scènes et les parties purement décoratives traitées dans des 
couleurs chaudes de jaune cadmium, d'ocre et de bleu indigo.





Cet ensemble exceptionnel dans nos régions confère au lieu un petit 
air d'Orient en terres protestantes.





Les peintures de l'iconostase sont des reproductions d'oeuvres
religieuses anciennes dues à M. Pelakasi, d'Athènes. Les stalles 
proviennent de la maison Held, à Montreux.





Icône La Mère de Dieu :






  • (1)  Charles Melley fut chargé en collaboration avec Théophile van Muyden de la restauration du clocher de St-François ; plus tard il fut chargé de la restauration de la façade nord de cet édifice; entre 1900 et 1905, avec MM Louis Bezencenet et Francis Isoz de la construction du Palais de Rumine, d’après les plans de l’architecte G. André, de Lyon. Il a pris une part importante aux études qui ont abouti à la transformation du Théâtre municipal. On lui doit ausi la construction de l'hôtel Cécil, devenu la clinique du même nom. Charles Melley a présidé pendant huit ans la Société vaudoise des Beaux-Arts.
  • (2)  René Amiguet fut l’un des architectes du temple de Saint-Jean-Cour et de la chapelle de Bellevaux à Lausanne. A l’église de Saint-Jean-Cour il collabora avec Otto Schmidt et le peintre Louis Rivier. En 1930, il fut aussi l’architecte des pavillons édifiés par le comité des Fêtes du Centenaire à Alger.

    René Amiguet était le frère de Fred Amiguet, homme de lettres qui fut rédacteur à la Feuille d’Avis de Lausanne.

  • (3) Alexandre Sarrasin, ingénieur de renom ayant construit de nombreux ouvrages d'art en Suisse, en Belgique et en France. On lui doit entre autres, le barrage des Marécottes (1925), le premier pont en béton armé de grande portée de Branson (1925) et les ponts à arches de Meryen (1928-1930) et de Gueuroz (1933-1934). Sa recherche de la légèreté technique et formelle l'aide à trouver des structures inédites.

  • (4) Louis Rivier est notamment l’auteur de nombreux projets de vitraux : cathédrale de Lausanne, églises de l'Etivaz, Peney-le-Jorat, Châtillens, Bercher, Cossonay...,  ainsi que d’importants décors peints : aula du Palais de Rumine, églises de Villeneuve, Prilly, église libre de Nyon, temple de Saint-Jean-Cour... Il décora la salle à manger du château Pradegg, à Sierre. Il organisa de nombreuses expositions, notamment à Lausanne, Paris, Genève et Yverdon. Louis Rivier présida la section romande de l'Association suisse des peintres et sculpteurs, ainsi que la la Société vaudoise des Beaux-Arts. Il fut l'objet de nombreuses distinctions.

    Sources : 
    Documentation Etat de Vaud, département DFIRE
    Gazette de Lausanne, 06.07.1925, 25.02.1931 et 27.04.1935
    Feuille d'Avis de Lausanne, 22 janvier 1963.

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire