Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Mes années à Radio-Genève

Je ne sais pas si j'étais prédestiné à faire de la TV mais il est un fait que ma famille est singulièrement impliquée dans la naissance de la radio puis de la télévision à Genève.

Le cousin de mon père, Félix Pommier, et mon oncle René Dovaz ont été les créateurs de Radio-Genève sur l'émetteur de l'aéroport de Cointrin avec l'ingénieur industriel  Maurice Rambert. Comme il n'y avait pas de trafic aérien la nuit, ils utilisaient l'émetteur pour faire des émissions radio !  Félix Pommier était pianiste concertiste et René Dovaz mathématicien et violoncelliste. Ils font leur première émission radio, un duo piano-violoncelle, le 21 octobre 1923. Le local de l'émetteur sert de studio mais il est si exigu que René Dovaz doit laisser la porte entrouverte pour pouvoir tirer son archet !

Radio-Genève est officiellement créée le 1er mai 1925 et Félix Pommier en est nommé directeur. René Dovaz y collabore tout en dirigeant l'Ecole Secondaire des Jeunes Filles et en s'impliquant avec Ernest Ansermet dans la défense de l'Orchestre de la Suisse Romande (OSR).

Très vite, le studio est déplacé en ville, d'abord dans un local des caves de l'Hôtel Métropole, puis en janvier 1928, dans les sous-sols de la salle de la Réformation à la rue du Rhône. En août 1931 il emménage dans de vastes locaux sur deux étages d'un immeuble au 7 de la rue du Jeu-de-l'Arc.

En 1940, Radio-Genève s'installera dans la Maison de la Radio, un nouveau studio radio construit par la SSR au boulevard Carl-Vogt.

Pour annoncer les émissions, il y a un « speaker » à la voix d'or qui s'appelle Anatole alors qu'à Radio-Lausanne (créée en 1922 par Paul-Louis Mercanton et Roland Pièce) il y a une « speakerine » : Hortense.  Anatole et Hortense sont alors aussi connus que Darius Rochebin aujourd'hui !

Mais comme le nombre d'heures d'émissions augmente, Félix Pommier cherche en 1928 un suppléant à Anatole et demande à mon père (qui fait du théâtre amateur) s'il est intéressé par cette activité occasionnelle. Mon père, qui travaille dans la banque, accepte et vient certains soir remplacer la voix d'Anatole.

En 1931, les sociétés régionales de radio sont réunies dans une seule organisation: la SSR qui a son siège à Berne. Très vite, Félix Pommier, qui est un fédéraliste convaincu, va s'opposer aux manoeuvres centralisatrices de la SSR. Il fait des déclarations virulentes à la presse qui ne plaisent pas à Berne. En 1944 il est débarqué mais règle ses comptes dans un pamphlet  : «La radio sans mystère ». C'est René Dovaz qui est nommé directeur de Radio-Genève... qui reste ainsi dans les mains de la famille !

René Dovaz est un intellectuel intransigeant et visionnaire. Il croit au service public dont il veut développer le rôle éducateur. Il crée la Radio-Scolaire, les Jeunesses musicales, défend la Genève internationale et obtient de pouvoir retransmettre en direct les concerts d'abonnement de l'OSR.

Au grand dam du  président  de  l'OSR, l'avocat  Me Pierre Jaccoud, qui aura ce cri du coeur révélateur : « Mais alors, ma concierge va entendre le concert en même temps que moi ! »

En 1948, pour me payer mes études de sociologie à l'Université de Genève, je suis engagé à la pige à Radio-Genève par René Schenker, directeur-adjoint et responsable de la discothèque. J'y viens travailler à l'heure dans mon temps libre pour coller les étiquettes des disques enregistrés en studio ou achetés dans le commerce, les inscrire dans un grand livre et faire les fiches titres – auteurs – interprètes qui permettent ensuite de retrouver les disques classés dans les tiroirs métalliques qui meublent la discothèque.

Je fais ainsi connaissance avec tous les collaborateurs du studio dont certains deviendront mes camarades d'aventure de la Télévision Genevoise : Robert Ehrler, William Baer, Guy Plantin, Georges Hardy, Edouard Brunet, Jacqueline Regamey, Jo Excoffier et bien d'autres.

En 1950, Olivier Reverdin et Jo Excoffier créent l'émission « L'Heure universitaire ». Comme je suis membre du comité de l'AGE, Excoffier me demande de participer à l'émission avec une autre étudiante, Juliette Lacour.

En 1952, René Schenker crée l'équipe de la télévision expérimentale à Genthod à laquelle je suis convié à me joindre. Le directeur René Dovaz me propose pour septembre 1953 un poste de régisseur de la continuité radio et programmateur de disques avec la condition de mon engagement formel à consacrer bénévolement toutes mes soirées et mes week-ends libres pour la Télévision Genevoise. Cette double activité m'ouvre les portes de mon futur métier de réalisateur à la TSR.

Cinquante ans plus tard, à la demande de Raymond Vouillamoz, je dirige l'équipe qui sonde les archives de la TSR et produit cinq DVD avec 250 extraits d'émissions de 1954 à 2004. Enfin j'écris le site web Histoire de la TSR à l'occasion du 50e anniversaire de la Télévision romande.

La nouvelle convergence décidée par la SSR, qui réunit TSR et RSR sous un seul sigle RTS avec un site web unique, m'incite a écrire une « Histoire de la RSR » qui devrait être le pendant de cette « Histoire de la TSR ». Je me suis basé sur mon expérience radiophonique, sur les trois ouvrages très documentés et institutionnels de l'Histoire de la SSR publiés récemment par un groupe d'historiens, sur le livre « La déesse au double visage » publié pour les 25 ans de Radio Genève et enfin sur le livre de souvenirs de Paul Vallotton, dernier directeur de Radio-Lausanne.

Je me suis inspiré du schéma de l' « Histoire de la TSR » et je propose une synthèse de ces documents dans un dossier annexe que j'ai intitulé Mon histoire de la Radio Suisse Romande car je ne prétends pas à l'exhaustivité, surtout pour les deux dernières décennies étudiées.

Jean-Jacques Lagrange


Ajouter

Commentaire(s)

Martine Desarzens
Martine Desarzens 15/10/2012
Magnifique histoire ! Magnifique destin ! La différence des classe sociale décriée par Me Pierre Jaccoud ; splendide ! MERCI cher Jean-jacques Lagrange pour ce moment de partage ... J'invite les membres de NH a lire cet article !

Ajouter un commentaire