Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Nous n'avons plus la même histoire sans les archives de la Radio Télévision Suisse

EDITORIAL

La FONSART, par son président Félix Bollmann, prend position dans le débat No Billag. Cette initiative représente un danger pour les archives de la RTS, au cœur de l’engagement de notre fondation depuis 2005.

No Billag met en danger l’avenir du service public. Et aussi son passé. Faut-il le rappeler, sans le financement par la redevance, jamais la radio ni la télévision n’auraient pu exister dans notre pays depuis leur création, respectivement en 1922 et 1954. Sans la redevance, jamais les archives de la RTS, qui représentent près de 200'000 heures de programme, n’auraient pu être sauvegardées pour devenir ces sources indispensables de l’histoire récente des Romands.

Dans le débat de la votation du 4 mars prochain, il nous paraît nécessaire de rappeler ce que le service public a permis depuis près d’un siècle et ce qu’il permet aujourd’hui dans le domaine patrimonial.

Le service public a permis la réalisation d’émissions qui constituent un fonds d’archives unique et inestimable. Le service public favorise maintenant la sauvegarde de ce patrimoine et sa mise à disposition, notamment sur internet. Ces archives peuvent ainsi être consultées librement par le public, les étudiants et le monde académique, les artistes et tous ceux, ici et dans le monde, qui veulent appréhender l’histoire de notre pays dans sa diversité.

Des archives qui appartiennent à tous

Grâce à la numérisation des archives de la RTS, et à leur publication en ligne, c’est la mémoire collective des Romands qui se trouve enrichie de dizaines de milliers d’heures de programme radiophonique et télévisuel, de reportages exceptionnels, d’interviews de personnalités mais aussi d’anonymes, d’enregistrements musicaux, de compte-rendu sportifs et de rassemblements populaires. La mémoire collective des Romands s’exprime aussi par les archives de la RTS, dont notre fondation, grâce à la redevance, a pu assurer depuis 2005 la sauvegarde et la libre consultation.

La pérennité et la consultation des archives en danger

Qu’en serait-il demain si les Suisses acceptaient l’initiative No Billag ? La gratuité de la consultation des archives de la RTS sera remise en question. Plus encore, le financement de leur conservation à long terme serait compromis, car la Suisse n’a pas, contrairement à d’autres pays, d’un dépôt légal qui assure la pérennité des archives audiovisuelles.

L'initiative fait abstraction de l'énorme capital que constitue ces archives aujourd'hui comme demain. 

La raison d’être de notre fondation est de sauver les archives de la RTS et, surtout, de les rendre accessibles au public, sans autre contrepartie que l’intérêt et le plaisir de leur consultation et leur utilisation. Son financement dépend cependant aussi de la redevance.

Un enrichissement mutuel

La plateforme notreHistoire.ch accueille et met en valeur depuis 2009 les archives audiovisuelles de tous, privés et institutions. Elle peut certes continuer à exister sans les archives de la RTS, mais si ce fonds exceptionnel venait à être retiré, ce serait comme une amputation. Quel sens donner à une photo de famille publiée sur notreHistoire.ch si elle ne peut être mise en perspective avec un document de la RTS ? Comment apprécier tous ces destins individuels s’ils ne peuvent entrer en résonnance avec les sources de notre histoire commune que représentent les archives de la RTS ? L’histoire de tous s’écrit avec l’histoire de chacun. Oui, et c’est pourquoi nous ne saurions écrire l’histoire de la Suisse romande sans vous, ni sans la RTS.

Sans les archives de la RTS, nous n’avons plus la même histoire. Le prix à payer de la suppression de la redevance voulu par No Billag serait aussi celui d’une soudaine et terrifiante amnésie.

Félix Bollmann, président de la Fondation pour la sauvegarde du patrimoine audiovisuel de la RTS.


Découvrez les témoignages de Nicolas, http://www.notrehistoire.ch/medias/111708

et de Sarah, deux fans de notreHistoire, http://www.notrehistoire.ch/medias/111710

Ajouter
Date

01/02/2018

Popularité

1497
1

Auteur

Félix Bollmann

Commentaire(s)

Marcel Maurice Demont
Marcel Maurice Demont 01/02/2018
Bien d'accord. Non à No Billag.
René Gagnaux
René Gagnaux 01/02/2018
Je ne peux que souligner fortement Non à No Billag.
Michel Savioz
Michel Savioz 01/02/2018
Hé oui, il faut le dire autour de nous car beaucoup de personnes n'ont pas conscience du risque que NH puisse également disparaître dans la foulée...
Les plus de 4'000 membres doivent refuser cette initiative!
Sylvie Bazzanella
Sylvie Bazzanella 02/02/2018
3X non à No Billag !

Ajouter un commentaire