Connexion

Saisissez votre email ou votre nom de membre

Saisissez votre mot de passe

J'ai oublié mon mot de passe.


Je souhaite devenir membre de notreHistoire.ch.

Je représente une institution.

Mécanisation de la montagne: le damage de pistes de ski

Mécanisation de la montagne: le damage de pistes de ski

Description


Domaine skiable des Avattes, près Sainte-Croix, Jura Vaudois

Avant l'invention du rouleau à neige, les pistes de ski étaient damées par les skieurs qui descendaient ou montaient le long de la pente, lattes aux pieds, en escaliers.

Dans cette première étape de la mécanisation du travail en montagne, le rouleau à neige représente la machine, et symbolise la technique. Les hommes qui le tractent et le guident en sont le moteur.

La photo a été prise sur le domaine skiable des Avattes.

Au second plan s'élève le Cochet, 1483 mètres.



L'anecdote

Les 'inconvénients des avantages' de la mécanisation de la montagne

Paysan de montagne et bûcheron, pistard en hiver, L'Râpé avait gagné son surnom dans le difficile exercice de son labeur, par un jour glacial de fin janvier, quelques minutes à peine après avoir quitté l'estaminet des Avattes où il avait fait une longue halte bien gagnée.

Parfaitement réhydraté par l'anéantissement d'un certain nombre de demis de rouge de pays, L'Râpé qui, lancé à pleine vitesse, tirait derrière lui le lourd rouleau à neige destiné à damer la piste, avait fort inopportunément planté les pointes de ses skis (des 'Vampire' de 210 centimètres solidarisés à ses chaussures à lacets par de longues lanières de cuir) dans une foutue gonfle formée là par un vent funeste.

Bloqué dans sa course par l'obstacle malvenu, L'Râpé, après avoir lâché le timon de son engin, avait exécuté, non sans grâce ni souplesse, un saut de l'ange improvisé couplé à un demi saut périlleux qui aurait dû lui valoir la médaille olympique. Alors que, tout pantelant, il gisait sur le dos, le pesant cylindre, poursuivant son chemin vers le bas de la pente, avait laminé son anatomie, jusqu'à ce sombre jour raisonnablement avenante.


Marcel Maurice Demont, août 2017.

Commentaire(s)

Ajouter un commentaire